Transformation Digitale

Retour sur la Journée d’Etudes Artimon – IAE Paris : la transformation digitale des territoires

Quels enjeux, freins et leviers de la digitalisation des territoires ? Le 6 juillet 2022, s’est tenue dans les locaux de l’IAE Paris Sorbonne Business School la « Journée d’études sur la transformation digitale des territoires. » Cet évènement, organisé conjointement par la Chaire Économie des Partenariats Public-Privé de l’IAE Paris et Artimon Perspectives, a vu les différents intervenants échanger sur les enjeux, les freins et les leviers qui caractérisent les processus de transformation digitale au niveau territorial en France. La journée était articulée en quatre parties : deux sessions académiques dédiées aux présentations sur des sujets liés à la transformation digitale des territoires, une table ronde réunissant quatre experts des enjeux des territoires, et une keynote finale sur le passage à l’échelle….

Transformation numérique des services publics dans les territoires : étude de cas de la santé et de la formation professionnelle en France

Transformation digitale du secteur public : des services aux citoyens qui évoluent. Quels impacts, freins et leviers pour l’ensemble des acteurs de la digitalisation du secteur public ? Depuis 2 ans, Artimon Perspectives et la Chaire EPPP de l’IAE Paris Sorbonne mènent une étude sur le sujet. Notre première publication a mis en avant que la transformation digitale du secteur public relève d’un double changement : Replacer les besoins de l’usager au centre de l’organisation des services publics avec l’appui d’outils digitaux et des données numériques Repenser cette organisation selon un modèle de plateforme. La digitalisation suppose un mode de fonctionnement moins hiérarchisé et plus transverse des administrations, de sorte à favoriser les méthodes de travail collaboratif. Dans cette nouvelle…

La formation professionnelle : une politique publique en mutation

Un état des lieux de la formation professionnelle nous mène à nous interroger sur l’impact de cette dernière sur l’atteinte des objectifs qu’elle se fixe. Une question qui soulève inévitablement le sujet de l’évaluation de l’efficacité de la formation professionnelle. La notion de formation professionnelle fait son entrée dans le paysage législatif français en 1971 avec sa reconnaissance par le droit du travail. La loi Delors instaure le principe d’une obligation de dépense de formation à la charge des entreprises et à destination des salariés. Depuis cette date et jusqu’à aujourd’hui, de nombreux textes ont jalonné le parcours de la formation professionnelle. L’illustration ci-dessous en mentionne les principaux : Avant d’aborder plus précisément son contenu et ses problématiques, il nous paraît…

L’Artificial Intelligence Act : entre contrainte et soutien à l’innovation, quelle portée réglementaire pour le texte ?

A l’occasion des discussions sur l’Artificial Intelligence Act (AIA) débutées en avril 2021, la commission européenne vise à définir un cadre réglementaire autour de l’intelligence artificielle pour harmoniser les pratiques, usages et commercialisations de ces technologies en Europe. Les questions relatives à la définition des intelligences artificielles et leur catégorisation en termes des risques associés ont été traitées dans un article précédent. Dans ce texte, nous poursuivons l’analyse de l’AI Act à travers le traitement des sections suivantes : les responsabilités et obligations (section 3), et les stratégies d’innovation (section 4) associées à ces technologies [1]. Enfin dans une perspective de lier l’AIA à la problématique de la donnée, nous développons dans une dernière partie une analyse au sujet de la qualité des données (section…

L’intelligence artificielle en Europe : le prisme de l’Artificial Intelligence Act

Dans le cadre des discussions autour du Artificial Intelligence Act (AIA) débutées en avril 2021, la commission européenne vise à définir un cadre réglementaire autour de l’intelligence artificielle pour harmoniser les pratiques, usages et commercialisations de ces technologies en Europe. La commission européenne pose actuellement des questions sur la définition (section 1) des intelligences artificielles mais aussi des risques (section 2), des responsabilités et obligations (section 3), et des stratégies d’innovation (section 4) associées à ces technologies [1]. Dans cet article, nous proposons une analyse des définitions des IA et de leur catégorisation en fonction des risques associés, au vu des évolutions des IA actuelles et des questions restant en suspens [2]. Ces dimensions et leur approche par la commission…

La tokenisation de l’immobilier, on en parle ?

La tokenisation La tokenisation désigne l’inscription d’un actif et de ses droits sur un jeton d’authentification. Ce jeton d’authentification (token) est un dispositif (physique ou numérique) nécessaire à un utilisateur pour accéder à une application, un service, un système réseau de manière plus sécurisée 1–3. On peut le concevoir comme une clef unique offrant un accès unique à son détenteur. Les tokens ont pour vocation de permettre la gestion et l’échange d’actifs et de droits sur une blockchain, de façon instantanée et sécurisée (pour mieux comprendre la Blockchain, vous pouvez lire notre précédent article sur le sujet ici). Si l’on parle de la tokenisation de l’immobilier, c’est parce qu’elle suppose de redéfinir la relation entre les différents acteurs mais aussi…

Le cloud computing : quels avantages et risques dans le cadre de la transformation digitale ?

Quels usages pour le secteur public ? Le cloud computing est un processus d’accès à des services via Internet. Ces services peuvent être des outils ou des applications de stockage de données, de banque de données, de networking, etc. L’ensemble de ces services ne sont plus localisés dans l’outil digital de l’utilisateur. Le cloud computing a profondément changé et continue de changer nos habitudes du fait de sa capacité à transformer les process face aux contraintes spatiales (par exemple, pendant le confinement lors de la pandémie COVID-19). Cependant, au vu des nombreux avantages, il est parfois difficile de définir une représentation plus holistique de cet outil stratégique. Pour exemple, le gouvernement fédéral des États-Unis, sous la présidence d’Obama et la…

La technologie blockchain dans le service public, on en parle ?

La blockchain c’est quoi ? La blockchain est une infrastructure digitale décentralisée permettant le stockage et la transmission d’informations dans des registres partagés. Cette technologie permet un haut niveau de sécurité car elle fonctionne sans organe de contrôle centralisé mais par validation collective. Lors d’un échange d’information, à la place d’un acteur centralisé, chaque partie prenante est identifiée par un procédé cryptographique. Les informations de l’échange sont transmises à un ensemble d’appareils prenant part au réseau. Ces informations sont stockées dans un registre, et chaque « nœud » en conserve une copie. Un « nœud » peut être n’importe quel dispositif numérique connecté au réseau et conservant une copie du registre. Lors de l’ajout de nouvelles informations, les données sont déchiffrées et authentifiées par un…

Développement de l’intelligence artificielle au sein du secteur public : quelles stratégies gouvernementales ?

“Bonjour, quelle est votre question ?” Au bout du fil, non pas un employé mais un robot, Odéis. Cet agent vocal mis en place par le centre national Chèque Emploi Associatif est capable de répondre à plus de 350 questions et de rediriger votre question vers les conseillers – en chair et en os – référents sur votre sujet. Cet exemple, parmi tant d’autres, témoigne de l’accroissement de la place des technologies issues de l’intelligence artificielle (IA) dans le secteur public.   Les avantages multiples de l’adoption de telles technologies ne sont plus à démontrer : gain de temps, réduction des coûts, reconquête du pouvoir de décision des fonctionnaires, réinvestissement de la responsabilité individuelle au sein d’entités parfois qualifiées de bureaucratiques….

Transformation digitale du secteur public : le cas du Dossier Médical Partagé

Malgré des conditions de déploiement optimales en termes de soutien politique, de développement technologique et de ressources financières, l’adoption massive du Dossier Médical Partagé fait face à des barrières récurrentes. La nature et les ambitions du Dossier Médical Partagé sont reconnues par les usagers et les instances de politique de santé. Comment lire alors ce parcours semé de difficultés et d’acceptation relative ? Tandis que la relation des citoyens aux outils numériques évolue, quelles perspectives pour un projet de transformation digitale lancé il y a plus de 15 ans ? Nous avons tous (ou presque) déjà entendu parler du Dossier Médical Partagé (DMP). Et pour cause, cela fait : 16 années que le projet a été lancé ; 13 années que les premières expérimentations…