Changement des comportements de mobilité : du diagnostic du territoire à l’outil numérique

Jingoo CHOI

Chargé d'études mobilité et pré-doctorant

Inciter et accompagner le changement des usagers en termes de modes de transport est un enjeu de politique publique majeur. Des outils digitaux peuvent être un relai de valeur pour l’ensemble de l’écosystème de mobilité.

A la place des récompenses financières, une plateforme numérique ouverte permettrait une démarche de transformation des habitudes de transport plus systémique, grâce à l'intégration de l’ensemble de parties prenantes

Le projet « Mon compte mobilité » fournira des données pour faire évoluer les services de mobilité au niveau des AO et employeurs, tout en renforçant la motivation des usagers pour migrer vers des modes publics ou partagés à travers un accompagnement facilité.

« Mon Compte Mobilité » : le projet et l’expérimentation à venir avec Île-de-France Mobilités et Mulhouse Alsace Agglomération

Les enjeux de la mobilité sont multiples. Réduction de l’impact environnemental, (31% des émissions de gaz à effet de serre de la France proviennent du secteur de transport, dont près de la moitié des voitures), amélioration de la qualité de vie dans les centres urbains (à Paris, le niveau moyen de congestion est de 38%), couverture des besoins de tous les usagers (en dehors des grandes villes, le transport public demeure déficitaire et la voiture représente presque 70% du total des déplacements).

Des mesures institutionnelles, comme des aides financières, le forfait antipollution ou le forfait mobilité durable ont émergé pour répondre aux besoins et accompagner les changements sociétaux en termes de comportement de mobilité.

En parallèle, les évolutions technologiques permettent le développement de nouveaux services de mobilité et la massification de plateformes numériques. Elles catalysent en partie les besoins et attentes sociétales en termes de changement de comportements de mobilité. En particulier, les services de Mobility as a Service (MaaS) agissent comme tremplin pour relier les usagers et les opérateurs de mobilité via une plateforme ou application, tout en fournissant une multitude de services et d’informations.

Cependant, face à la facilité de la voiture, le changement des pratiques de transport demeure un défi majeur pour les acteurs publics, même lorsqu’une offre alternative est disponible.  

Dans ce cadre, le projet « Mon compte mobilité » vise à renforcer la motivation des usagers pour évoluer vers des modes de mobilité optimales en termes de pollution et d’impact sociétal. Basée sur un compte unique, la plateforme numérique inclut non seulement l’accès aux services de mobilité mais également la gestion des aides à la mobilité ainsi qu’un accompagnement individuel afin de changer les pratiques quotidiennes.

L’introduction de cette plateforme intégrative peut induire des changements comportementaux et avoir un impact sur la dynamique du marché de la mobilité. Peut-elle également suggérer des orientations pour la mise en place des politiques de mobilité à venir ?

Qu’est-ce que « Mon Compte Mobilité » ?

« Mon Compte Mobilité » est une plateforme numérique basée sur un compte unique, favorisant des échanges de données de mobilité afin d’accéder à divers services. De nature non lucrative, la plateforme est ouverte et permet d’interconnecter l’ensemble de l’écosystème de mobilité : différents services MaaS, collectivités, employeurs et citoyens. Ce projet « d’intérêt général » permettra « de mieux comprendre les déplacements » et « d’encourager par des mécanismes d’incitation des pratiques plus durables » de mobilité.

Lors de la création du compte mobilité, l’usager enregistre des informations personnelles telles que le permis de conduire et son profil (cf fig.1). Ce compte lui permettra d’accéder à un ensemble de services et informations sans avoir à créer de compte supplémentaire :

  • Accès à l’ensemble des offres de mobilité à disposition, leurs tarifs et impact environnemental
  • Information sur les aides auxquelles l’usager a le droit, en fonction de ses déplacements
  • Création d’un passeport numérique permettant de s’authentifier facilement sur les applications de mobilité et d’utiliser les aides
  • Espace regroupant les informations et données de mobilité nécessaires à l’allocation d’aides

Les bénéfices pour l’usager sont nombreux. La démarche d’accès aux services (ou aux informations) est simplifiée. La connexion avec les services d’aide au transport facilite la mise en place de mécanismes d’incitation à l’usage des mobilités durables (modes partagés ou actifs), à travers la subvention directe sur le compte personnel lors de la réalisation de trajet.

L’usager peut également décider de partager de manière transparente les informations de mobilité stockées avec les Autorités Organisatrices et les entreprises afin de mieux comprendre les déplacements des citoyens, salariés ou clients. A travers une interface entre la communauté, l’entreprise ou l’opérateur de mobilité, la mise en place des mécanismes d’incitation est améliorée. Le dispositif permet ainsi de « faciliter l’utilisation des subventions allouées par les collectivités ou les entreprises dans le cadre de leur plan de mobilité » afin d’accompagner les politiques « d’intermodalités et de subventions ».

Fig 1 – Architecture de la plateforme Mon Compte Mobilité – ©La Fabrique des Mobilités
*CPM : Compte personnel de mobilité

Où en est le projet actuellement ?

« Mon Compte Mobilité » sera expérimenté en 2022 sur les 2 territoires-pilotes d’Île-de-France Mobilités et de Mulhouse Alsace Agglomération en partenariat avec des collectivités, employeurs, associations et autres acteurs de la mobilité.

Ce projet est divisé en trois phases (fig. 2). Tout d’abord, une étude de cadrage a été menée pour permettre le développement d’un prototype. Des expérimentations sur les territoires permettront l’amélioration du modèle, afin de construire un deuxième prototype optimisé.

Chaque prototype a des objectifs différents. Le premier vise à connecter les acteurs de l’écosystème de la mobilité : développement des standards ouverts pour l’intégration des systèmes MaaS existants ; prise en compte des moyens pour faciliter les demandes d’aides à la mobilité auprès des employeurs ou des collectivités ; et remboursements. L’objectif du deuxième prototype est d’être plus spécifique sur le plan opérationnel pour une transition vers la mobilité durable.

Pour cela, la visualisation d’impact carbone et des déplacements et la création ou le référencement de nouvelles aides pour amplifier les pratiques vertueuses seront pris en compte.

Fig 2 – Calendrier prévisionnel du projet – ©La Fabrique des Mobilités
* PMV1 : Produit minimum viable 1 / PMV2 : Produit minimum viable 2

Changement de comportements de mobilité et outils numériques

Cette démarche basée sur une plateforme numérique vise à transformer les pratiques de mobilité en intégrant l’ensemble d’acteurs locaux. Au cœur de cet objectif se trouve la transition volontaire d’un comportement quotidien qui repose sur l’utilisation du véhicule particulier vers des modes alternatifs.

La recherche sur les outils de management de la mobilité pour un changement de comportement volontaire est menée depuis les années 1990 (Individualised Travel Marketing, Travel Blending, Travel Feedback, etc.). Ces approches sont reconnues comme des moyens « soft », dans la mesure où elles induisent une motivation volontaire en montrant l’intérêt d’utiliser des modes alternatifs, contrairement aux dispositifs institutionnels obligatoires tels que le péage et l’augmentation de taxation sur les carburants. Cependant, ces méthodes nécessitent un investissement en temps important, ainsi qu’une mobilisation pour réaliser le diagnostic, mener des entretiens ou enquêtes, pour partager les informations. Elles sont aussi dépendantes de la volonté des citoyens de participer aux programmes.

Les outils numériques non seulement permettent d’éviter ces contraintes physiques, mais offrent également un environnement plus rapide. Sur la plateforme « Mon Compte Mobilité », l’usager effectue directement une série de déplacements simultanément avec l’intégration d’incitations au changement de comportement, ou les moyens « soft » décrits ci-dessus. Ces usages sont immédiatement convertis en données. Ainsi, les données accumulées portées par un acteur neutre pourront favoriser un cercle vertueux entre les parties prenantes de la mobilité (fig.3).

D’autres dispositifs d’incitation existent, comme les plateformes d’incitation via des réductions d’achats ou des cadeaux éthiques. « Mon compte mobilité » a cependant le potentiel de devenir un modèle plus systémique, intégrant l’écosystème de mobilité au sens large, et des incitations alternatives en fonction des profils et usages.

En particulier, le calcul du budget de mobilité est complexe pour les ménages. Par exemple, pour mesurer le coût total de possession d’une voiture, la plupart d’entre eux prend en compte les coûts de carburant et d’assurance, hors amortissement et frais d’entretien. Les outils d’accompagnement individualisé fournis par ce dispositif permettront aux usagers d’auto-évaluer leurs habitudes de mobilité et le poids sur leur budget. Le changement de comportement de mobilité s’accompagne de cette manière d’une prise de conscience individuelle basée sur des résultats visuels et quantitatifs. Les remboursements instantanés sur le compte personnel pour l’utilisation des modes doux sont un avantage supplémentaire.

Fig 3 – Flux de données – ©La Fabrique des Mobilités

D’un point de vue plus macro, la plateforme du compte personnel pourrait représenter un nouveau paradigme pour les enquêtes conventionnelles sur les déplacements et les transports, qui portent sur la longue durée et ont un coût élevé, (comme l’enquête nationale transports et déplacements, ENTD ou l’enquête globale de transport, EGT). Ces enquêtes conduisent à des analyses quantitatives et qualitatives basées sur des sondages auprès de nombreux participants. Le modèle proposé par la plateforme permettra une analyse plus dynamique grâce au traitement des informations de mobilité des comptes individuels (qui sont des données en elles-mêmes) ainsi que des habitudes des utilisateurs provoquées par les changements dans l’environnement spatial et temporel de la mobilité.

©Artimon

La proposition de valeur de ce nouveau dispositif numérique s’appuie ainsi sur les relations réciproques entre les acteurs de l’écosystème de mobilité. Elle est similaire à l’objectif des plateformes MaaS en ce sens qu’il permet l’accès au service via un compte unique. Mais la portée du compte mobilité est plus large en tant qu’espace intégrateur et d’échange, y compris non seulement avec les opérateurs de service, mais avec les parties prenantes du système de mobilité comme employeurs ou collectivités.

Demeure la question de l’équité dans le calcul d’indemnité pour l’utilisation de modes doux. Si ces bénéfices sont proportionnels à l’empreinte carbone par km d’utilisation du service, cela dépend du modèle d’exploitation du service. Par exemple, dans le cas des services de trottinettes électriques partagées, l’empreinte carbone d’une flotte à batterie amovible est inférieure que celle d’une flotte de trottinettes classiques (De Bortoli. 2020). Cela devient également plus compliqué pour les grandes villes avec plusieurs opérateurs. L’introduction de nouveaux services, tels que les véhicules autonomes partagés, pourrait avoir un autre impact sur l’écosystème de la mobilité d’un point de vue institutionnel, sociétal et d’économie des transports.


Références :

https://moncomptemobilite.fr/communique-de-presse/

https://wiki.lafabriquedesmobilites.fr/wiki/Mon_Compte_Mobilit%C3%A9#HISTORIQUE_du_PROJET

https://cloud.fabmob.io/s/FqWd2SaXKEjSTRg

https://cloud.fabmob.io/s/y2LS57LmZRcib5k

Articles similaires